Actualités

Relais motard – Grand Prix de France moto

 
 
Depuis le 1er janvier, on déplore, sur les routes de l’Eure, 13 tués, 89 accidents et 102 blessés (chiffres provisoires arrêtés au 10/05/2015).

Le préfet communique

Les usagers des deux-roues motorisés représentent 46% des victimes des accidents mortels (6 tués).

Aussi, à l’occasion du «Grand Prix de France Moto» les 16 et 17 mai prochains, les services de l’État et ses partenaires organisent une nouvelle fois un «relais motard» sur l’autoroute A28. Cette initiative, mise en place depuis plusieurs années, permet à près d’un millier de motards de bénéficier, sur le trajet du retour, d’une pause réparatrice, conviviale et pédagogique.

Ainsi, à l’issue de la compétition, le dimanche 17 mai de 7h00 à 20h00, les motards pourront s’arrêter sur l'aire du Domaine d’Harcourt, diffuseur 13. Ce relais sera également accessible depuis le réseau secondaire.

Cette pause sera l’occasion d’échanger entre bénévoles et motards sur la sécurité routière autour d’une boisson ou d’un en-cas. Des intervenants départementaux de sécurité routière ainsi que des motards de la gendarmerie seront présents d’une part, pour dispenser des conseils pour une route plus sûre et d’autre part, pour faire la promotion du port de l’équipement adapté.

Des fauteuils massants seront également mis à la disposition des motards. Pour repartir dans de bonnes conditions de sécurité, ils pourront procéder à des opérations d’entretien courant, telles que regonfler leurs pneumatiques et nettoyer leurs visières. En cas de besoin, un petit outillage pourra leur être prêté.

Pour toujours plus de sécurité, la société d’autoroute ALIS, reconduit la gratuité du péage sur son réseau, afin d’inciter les motards à emprunter le réseau autoroutier, plus sûr que les routes secondaires. L’accès sera donc libre pour les véhicules de classe 5, du vendredi 15 mai à 13h00 au lundi 18 mai à 16h00.

La sécurité routière est une priorité pour les services de l’État mais rien ne sera durablement acquis si les conducteurs, y compris les usagers de deux-roues motorisés, ne se convainquent pas des dangers de la route et n’adoptent pas, dans leurs habitudes, les recommandations qui sont régulièrement rappelées et dont le but est de préserver leur intégrité physique et celle des autres usagers de la route.

 

René Bidal