Actualités

Sainte-Barbe-service départemental d'incendie et de secours de l'Eure

 
La Sainte-Barbe est l’occasion de rendre un hommage appuyé à l’ensemble des personnels du service départemental d’incendie et de secours de l’Eure.
IMG_4309
IMG_4326
IMG_4330
IMG_4351
IMG_4360

La Sainte-Barbe est l’occasion de rendre un hommage appuyé à l’ensemble des personnels du service départemental d’incendie et de secours de l’Eure.

Les sapeurs-pompiers sauvent nos vies, garantissent notre sécurité avec discrétion et humilité.

Chaque jour, en tout lieu du département, qu’ils soient professionnels ou volontaires, animés par un esprit de cohésion exceptionnel, ils répondent aux situations de détresse qui affectent la population, dans un seul but : secourir.

L’engagement des sapeurs-pompiers, c’est aussi l’engagement de leurs familles qui partagent le risque inhérent à toute mission.

Depuis le début de l’année, 7 sapeurs-pompiers sont décédés en intervention sur le territoire national. La sécurité en intervention est une de nos préoccupations constantes partagées avec le président de conseil d’administration du SDISService départemental d'incendie et de secours.

 1. En 2013, l’activité opérationnelle du SDISService départemental d'incendie et de secours n’a pas faibli

Près de 42 000 interventions, c’est environ 120 interventions par jour réalisées par 1909 pompiers dont 293 professionnels. L’activité cette année encore est en hausse (+5%).

Les interventions les plus marquantes pour illustrer la diversité des activités ont été les suivantes :

Deux événements climatiques avec en mars, un épisode neigeux exceptionnel ayant particulièrement affecté le réseau routier puis en juillet de fortes pluies et un vent violent ayant ont conduit le SDISService départemental d'incendie et de secours à intervenir 531 fois en deux jours.

Plusieurs incendies spectaculaires ont mobilisé d’importants moyens de secours. D'une part, celui de l’usine  AHLSTROM  à Pont-Audemer au printemps où étaient stockées 600 tonnes de papier et de ouate et d'autre part, l'explosion cet été  suite à un dysfonctionnement sur un réacteur chimique des établissements VALDEPHARM.

Le SDISService départemental d'incendie et de secours de l’Eure a également constitué un élément essentiel du dispositif de secours lors de la parade en Seine qui a achevé la 6ème édition de l'Armada en juin dernier.

Il a par ailleurs participé à de nombreux exercices de sécurité civile. S'entraîner régulièrement est une nécessité afin de pouvoir s'appuyer sur des acteurs formés ayant une maîtrise partagée et pérenne d'un savoir- faire opérationnel.

Ces exercices sont aussi la démonstration de l’importance des plans et schémas élaborés pour faire face à des situations d’une grande complexité.

Un travail très important a été réalisé sur le département afin de définir une organisation des secours permettant de répondre à un risque majeur que constituent les cavités souterraines : marnières mais aussi grottes. 2 exercices de terrains se sont  déroulés en avril et novembre sur les grottes de Caumont mobilisant 70 sapeurs-pompiers dont 20 du GRIMP aux côtés du Spéléo Secours  Français (SSF), du Samu, de la gendarmerie.

Face au constat de l’augmentation de la charge opérationnelle enregistrée ces dernières années, le préfet de l'Eure a souhaité que soient engagés, en 2013, 2 chantiers structurants :

 2. Le recrutement et la fidélisation des sapeurs-pompiers volontaires

Afin de défendre notre modèle unique de sécurité civile à la française qui repose sur le dynamisme et l’énergie du volontariat. 

Dans ce département, ce sont plus de 1600 sapeurs-pompiers volontaires, qui, chaque jour, sont prêts à être mobilisés.

Et grâce à une campagne novatrice : « Sapeurs-pompiers volontaires 2.7 » qui a ciblé près de 90 000 foyers eurois, un peu plus de 130 sapeurs-pompiers volontaires ont pu être recrutés.

C’est un élan tout particulièrement remarquable dans un contexte national marqué par l’érosion des engagements. Le recrutement a d’ailleurs été érigé en priorité par le Président de la République à l’occasion du récent congrès national des sapeurs-pompiers de Chambéry, annonçant un plan national pour les pompiers volontaires.

« L'objectif est de retrouver 200.000 sapeurs-pompiers volontaires d'ici la fin du quinquennat,c'est-à-dire retrouver en 2017 le niveau de 2007. De 2004 à l'an dernier, le nombre de volontaires a chuté de 12.000 ».

Pour préserver et développer cette force exceptionnelle,une série d’initiatives a été prise par le ministère de l’intérieur qui rénove les modalités d’accomplissement du volontariat pour les adapter aux évolutions sociétales et conforter son attractivité. L’objectif est d’éviter la démobilisation des nouvelles recrues. Ces textes renforcent aussi l’indispensable protection sociale.

Ces règles techniques permettent la qualité de la réponse opérationnelle tout en protégeant les hommes et les femmes qui en sont les acteurs.

3. La refonte du SDACR

Les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires permettent de disposer d’une organisation des secours qui allie rapidité et efficacité, grâce à leur nombre, leur proximité et leur qualification offrant ainsi un maillage efficace du territoire.

C’est pour maintenir un potentiel opérationnel adapté aux risques de notre département que j’ai souhaité engager la refonte du schéma départemental d’analyse et de couverture des risques.

Des évolutions notables connues par le département et le SDISService départemental d'incendie et de secours avaient rendu  indispensable la refonte du document qui avait été élaboré en 1998 :

- augmentation de 17%de la population,

- progression de 40%des interventions du SDISService départemental d'incendie et de secours

- diminution du nombre de centres d'incendie et de secours (CIS) passant de 85 à 60 (- 31 %) ;

- modernisation et rationalisation du parc des matériels d'interventions

- l'évolution du nombre des sapeurs pompiers professionnels passant de 151 à 293.

Ce document stratégique détermine les orientations fondamentales d'aménagement du territoire et de développement du SDISService départemental d'incendie et de secours. Il  dresse l'inventaire des risques de toute nature auxquels doit faire face le SDISService départemental d'incendie et de secours dans le département et en détermine les objectifs de couverture.

Le SDACR sera décliné en 2014 au travers de plusieurs documents de planification relatifs aux infrastructures, aux matériels opérationnels, aux ressources humaines, et à la formation.

Les premières orientations à mettre en œuvre visent à une sécurisation progressive de la couverture des risques courants en augmentant le taux de réponse à la sollicitation opérationnelle et en améliorant le délai de réponse sur des territoires ciblés pour tendre vers :

20 minutes pour un premier moyen opérationnel adapté en zone urbaines et périurbaines 

20 minutes pour un premier moyen opérationnel et 30mm pour un renfort adapté en zones rurales.

Cela va se traduire concrètement par l’introduction de gardes postées ciblées, c’est-à-dire de pompiers présents en permanence pour assurer des départs en intervention.

A plus long terme, la programmation immobilière structurera un maillage opérationnel cohérent s’appuyant sur une mutualisation accrue des moyens de secours à personne.